Que s’est-il passé en Europe cette semaine (11.09 – 17.09) ?

Cette semaine, la coalition au pouvoir a remporté les élections en Norvège, les Catalans ont célébré leur « fête nationale », la Russie manœuvre ses troupes, le gouvernement islandais chute et l’Europe cherche à taxer les géants du numérique. Voici les cinq grands titres de l’actualité de la semaine en Europe.

NORVÈGE : Victoire serrée de la coalition sortante

Lundi se déroulaient les élections législatives en Norvège, pays ayant refusé deux fois d’adhérer à la CEE puis à l’UE, mais qui entretient toutefois des relations très étroites au sein de l’Espace économique européen. A l’issue d’une campagne qualifiée de « thriller électoral » par son suspense, c’est bien la coalition de droite au pouvoir qui a remporté le scrutin. Avec 88 sièges (contre 96 avant les élections), ce bloc de quatre partis, dominé par la Première ministre sortante Erna Solberg, conserve la majorité comme c’est le cas depuis 2013. A noté qu’à côté de partis libéraux ou conservateurs, cette coalition rassemble également les « populistes-soft » du Parti du progrès. Le bloc de gauche réussit à gagner quelques sièges (81 sièges) mais pas suffisamment pour reconquérir le pouvoir dans ce pays doté de riches ressources pétrolières et gazières.

Lire aussi >>> Élections en Europe : enjeux et échéances de l’année 2017

CATALOGNE : Mobilisation des pro-indépendance

En Catalogne, le 11 septembre est la Diada, la « fête nationale ». Plus particulièrement depuis 2010, cette journée est devenue l’occasion pour les mouvements pro-indépendance d’organiser des manifestations monstres. Tandis que le Gouvernement régional veut organiser un référendum sur l’indépendance sans l’accord de Madrid, cette Diada 2017 était un moment décisif pour revendiquer le droit à l’autodétermination. Selon les sources, entre 500 000 et 1 million de personnes ont défilé dans les rues de Barcelone. Réunis dans un parc en périphérie de la ville, Ada Colau, la maire (proche de Podemos) de Barcelone et ses partisans étaient accompagnés du Secrétaire général du parti, Pablo Iglesias. Favorable à un référendum (légal) mais plutôt opposé à l’indépendance, Ada Colau a annoncé ne pas vouloir faire craindre des risques de poursuites à ses fonctionnaires municipaux et refuse donc qu’ils aident à l’organisation du scrutin. Mais elle a précisé chercher un accord avec le gouvernement catalan pour trouver un moyen d’organiser malgré tout le scrutin dans une ville peuplée par plus d’un million et demi des sept millions de Catalans…

Lire aussi >>> Référendum en Catalogne : vers l’autodétermination ou l’annulation

RUSSIE ET BIÉLORUSSIE : Exercices militaires géants tout près de l’UE

Depuis jeudi, la Russie et la Biélorussie organisent de gigantesques exercices militaires intitulées Zapad-2017 (« Ouest-2017 »). Ayant lieu à la fois sur le sol biélorusse, en Russie et dans l’enclave de Kaliningrad, ces manœuvres devraient rassembler plusieurs dizaines de milliers de soldats et mobiliser un matériel extrêmement large. Leur organisation le long de la frontière avec l’Union européenne mais aussi le fait qu’il s’agit de la simulation d’une « infiltration » provenant de trois pays imaginaires ont conduit à une large condamnation de la part des chancelleries occidentales. La Russie est ainsi accusée d’intimidation, de provocation et même de préparer une prochaine invasion de l’Ukraine ou des pays baltes. Ces manœuvres, relativement habituelles côté russe depuis la fin des années 1990, s’inscrivent ainsi dans le cadre de relations tendues entre la Russie et les pays membres de l’OTAN. En parallèle, de vastes exercices sont également organisés par l’Alliance atlantique, notamment en Ukraine ou en Suède.

Lire aussi >>> Les tensions russo-européennes : une Europe unie dans l’atlantisme ?

ISLANDE : Chute du gouvernement et élections anticipées

Samedi, le Premier ministre islandais, Bjarni Benediktsson, annonçait que des élections législatives anticipées se tiendraient bien dans le pays le 4 novembre prochain, conséquence de la chute de sa coalition au Parlement. En effet, un petit parti de centre-droit et pro-européen, Avenir radieux, a décidé de cesser de soutenir la fragile coalition mise en place après de long mois de négociations en janvier dernier. Outre la présence de son nom dans le scandale des Panama Papers, Bjarni Benediktsson est l’objet d’un scandale touchant son propre père. Une loi islandaise permet en effet à une personne condamnée et ayant purgé sa peine de voir son casier judiciaire vidé si elle parvient à obtenir l’autorisation écrite de personne sans condamnation. Le Premier ministre est ainsi accusé d’avoir caché au pays et à sa propre coalition le fait que son père avait octroyé une lettre de recommandation à un pédophile condamné pour avoir violé sa fille adoptive !

FISCALITÉ : Paris à la manœuvre pour taxer les GAFA

L’optimisation fiscale, pratique visant à réduire en toute légalité le montant de ses taxes à payer par l’utilisation de différents instruments, est devenue un sujet de préoccupation majeur tant pour les gouvernements que pour les opinions publiques, dans un contexte général de réduction des dépenses publiques, en particulier dans le domaine social. Le ministre français de l’économie et des finances, Bruno Le Maire, doit ainsi présenter samedi à Tallinn (Estonie) un certain nombre de propositions sur la taxation des géants du numérique lors d’une réunion avec ses homologues européens (ECOFIN). Pour contourner les manœuvres des GAFAS, les fonctionnaires de Bercy chercheraient ainsi à créer un impôt européen sur le chiffre d’affaires et non plus sur les seuls bénéfices de ces firmes.

La France serait ainsi parvenue à rassembler de nombreux soutiens mais pas celui de l’Irlande, qui profite à plein de la situation actuelle, attirant nombre de géants grâce à sa fiscalité (très) avantageuse. Les propositions françaises, encore assez floues, ne sont toutefois pas les seules sur la table. Elles pourraient même entrer en concurrence avec celles de l’Estonie, pays pionnier dans le numérique, ou de la Commission européenne qui préfère envisager une standardisation européenne de l’impôt sur les sociétés.

Lire aussi >>> L’optimisation fiscale en Europe, quésaco ?

Josselin Petit
Suivez-moi !

Josselin Petit

Passionné par les questions politiques et le numérique, j'essaie d'expliquer la construction européenne au plus grand nombre. C'est aussi pour cela que j'ai créé EuroLucides, une chaîne YouTube de vulgarisation sur l'Union européenne.
Josselin Petit
Suivez-moi !

Josselin Petit

Passionné par les questions politiques et le numérique, j'essaie d'expliquer la construction européenne au plus grand nombre. C'est aussi pour cela que j'ai créé EuroLucides, une chaîne YouTube de vulgarisation sur l'Union européenne.

Laisser un commentaire