Que s’est-il passé en Europe cette semaine ? (07.01 – 13.01)

Alliance droite-extrême droite pour gouverner l’Andalousie, budget de l’OSCE bloqué par la France, Thérésa May contrainte de proposer un « Plan B » en cas de rejet de l’accord du Brexit, début de présidence de l’UE compliquée pour la Roumanie, accord pour la répartition des migrants secourus en Méditerranée, nouveau nom de la Macédoine validé par le parlement : : les actualités européennes de la semaine.

Espagne – Un accord entre la droite et l’extrême droite pour gouverner l’Andalousie

Le Parti populaire (droite) et Ciudadanos (centre droit) ont conclu mercredi un accord avec le parti d’extrême droite Vox qui ne participera cependant pas à la coalition. Ce soutien était indispensable pour que l’alliance de droite puisse gouverner. Lors des élections de décembre, le PP et Ciudadanos avaient obtenu 47 sièges de députés sur 109, auxquels s’ajoutent désormais les douze sièges de Vox. Le candidat du PP, Juan Manuel Moreno est ainsi assuré de devenir président de l’Andalousie le 16 janvier prochain. Un changement historique qui met fin à trente-six ans de règne du Parti socialiste sur la région, seule formation à avoir gouverner depuis l’avènement de la démocratie.

OSCE – La France bloque le budget 2019

L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, riche de 57 Etats, constitue à la fois une plateforme de dialogue politique et d’action commune pour maintenir la stabilité, la paix et la démocratie. La France s’oppose à l’adoption de son budget 2019, réclamant un rééquilibrage des contributions nationales. « 95 % du budget de l’organisation est financé par des Etats membres de l’Union européenne, les Etats-Unis, le Canada, la Suisse et la Norvège, tandis qu’une quarantaine d’Etats financent moins de 1 % des coûts de fonctionnement. » explique Alexandre Vulic, représentant adjoint de la France à l’OSCE, dans Le Monde. La Turquie, le Kazakhstan et l’Azerbaïdjan sont notamment visés par les critiques.

Brexit – Theresa May contrainte de proposer un « plan B » en cas de rejet de l’accord

L’amendement voté mercredi par les députés (308 voix contre 297) réduit à trois jours le délai du gouvernement pour proposer un plan alternatif sur le Brexit en cas de rejet de l’accord lors du vote, mardi 15 janvier, contre trois semaines auparavant. Cette déclaration sera amendable, ce qui permettra aux députés d’ajouter leurs propres propositions, comme celle d’un second référendum. C’est le deuxième coup dur de la semaine pour la Première ministre britannique. Mardi, les députés ont voté un amendement à la loi budgétaire qui soumet l’engagement des dépenses liées à un « no deal » à un vote préalable du Parlement où à un report de la date du Brexit, limitant la possibilité du gouvernement d’accepter un Brexit sans accord avec l’Union européenne.

Lire aussi >>>Brexit : Quel avenir pour l’accord de Theresa May ?

Union européenne – Les débuts compliqués de la Roumaine à la présidence de l’UE

La Roumanie, deuxième pays le plus pauvre de l’UE, a accédé début janvier à la présidence tournante de l’Union européenne. Dans un contexte particulièrement tendu, la soirée inaugurale du 10 janvier a été marquée par l’absence de Liviu Dragnea, chef du Parti social-démocrate au pouvoir. Ce dernier a récemment engagé une procédure contre la Commission européenne devant la Cour de justice pour remettre en cause un rapport l’accusant de détournement massif de fonds européens. A l’extérieur du bâtiment, des centaines de Roumains ont manifesté, accusant le PSD de mener une réforme de la justice dans le but de le blanchir. Au mois de décembre, Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, avait lui-même émis des doutes quant à la capacité du pays à tenir la présidence. La Roumanie est donc attendue au tournant.

Crise migratoire – Les migrants débarqués à Malte seront accueillis dans neuf pays de l’Union européenne

Après un bras de fer de dix-neuf jours, la Commission européenne et Malte se sont entendues sur la répartition des migrants secourus en Méditerranée. Les quarante-neuf personnes bloquées à bord du Sea-Watch 3 et du Professor-Albrecht-Penck, depuis leur sauvetage au large de la Libye les 22 et 29 décembre 2018 par les ONG allemandes Sea-Watch et Sea-Eye ainsi que 121 migrants sauvés par des gardes côtés maltais rejoindront la France (60), l’Allemagne (60), le Portugal (20), l’Italie (15), les Pays-Bas (6) et le Luxembourg (6).

Macédoine – Le parlement valide le changement de nom

Les députés macédoniens étaient appelés à voter, vendredi 11 janvier pour rebaptiser leur pays « République de Macédoine du nord ». Adopté à la majorité des deux-tiers, la nouvelle désignation doit désormais être ratifiée par le parlement grec. Dans la foulée, Le ministre grec de la Défense, Panos Kammenos, a annoncé sa démission ce dimanche 13 janvier pour protester contre l’accord passé cet été entre la Grèce et la Macédoine sur le changement de nom. Il demandait à ce que le terme de « Macédoine » disparaisse complètement.

Lire aussi >>>Union européenne, avenir de la Macédoine, changement de nom… À la rencontre des étudiants de Skopje

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *