Que s’est-il passé en Europe cette semaine ? (02.04-08.04)

Le parti extrémiste de Viktor Orban devrait remporter les législatives en Hongrie, la création d’un label de journalisme, des démissions à l’Académie qui remet le prix Nobel de Littérature, le lanceur d’alerte du SwissLeaks arrêté ainsi que Carles Puidgemont en Allemagne : le résumé de l’actualité européenne de la semaine.

HONGRIE – Le Fidesz devrait remporter les législatives

Viktor Orbán devrait très certainement remporter les élections législatives en Hongrie, pour la troisième fois de suite. Le chef de l’exécutif avait été élu notamment grâce à une abstention élevée lors des précédents scrutins. La population s’est fortement mobilisé aujourd’hui avec 63,2 % à 17 heures contre 54,4 % en 2014. Ce scrutin en un seul tour s’apparente donc à un vote pour ou contre Viktor Orbán. Le Fidesz, son parti d’extrême droite, a concentré son programme politique sur le refus des migrants.

Lire aussi >>> Viktor Orban, une réélection probable malgré les affaires.

JOURNALISME – Création d’un label européen

Le « journalisme trust initiative » a été mis en place par l’AFP, l’Union européenne de radio-télévision et Global Editors Network (une association qui regroupe des rédacteurs en chef du monde entier). Il s’agira de certifier la production journalistique. Les médias qui auront obtenus ce label pourront obtenir certains avantages tels que des algorithme leur permettant une plus grande visibilité.

DANEMARK – Première statue d’une femme noire inaugurée dans le pays

LaVaughn Belle et Jeannette Ehlers, les auteurs de « I am Queen Mary » ont dévoilé cette sculpture à Copenhague. Elle est un hommage rendue à la reine Mary Thomas, qui a mené une révolte anti-esclavage dans les Îles Vierges en 1878. La statue célèbre la date centenaire de la vente de ce territoire aux États-Unis et a été réalisée à l’aide d’une imagerie 3D qui a permis de représenter le visage des deux artistes.

SWISSLEAKS – Le lanceur d’alerte arrêté

Le franco-italien Hervé Falciani a été arrêté en Espagne à la demande de la police suisse. Il avait dérobé en 2008 des fichiers qui lui avait permis de révéler l’évasion fiscale et le blanchiment d’argent effectués par la banque suisse HSBC. Il a remis son passeport et a interdiction de quitter l’Europe ; le mandat d’arrêt européen doit être examiné par l’Espagne. Hervé Falciani doit se rendre une fois par semaine devant un tribunal.

SUÈDE – Démissions en masse à l’Académie du Nobel

Trois membres de l’Académie qui se charge de remettre le prix Nobel de Littérature ont démissionné. Depuis novembre 2017 et les révélations d’accusations de harcèlement et de favoritisme, aucune réaction n’était survenue. Deux écrivains, Klas Östergren et Kjell Espmark et l’ancien secrétaire perpétuel, l’historien Peter Englund, ont démissionné.

CARLES PUIGDEMONT – L’accusation de rébellion non retenue

Après son arrestation suite au mandat d’arrêt européen demandé par l’Espagne, l’ancien président catalan pourrait être extradé pour détournement de fonds et non plus pour rébellion. Il devra se rendre une fois par semaine à la police de Neumünster, où il avait été arrêté, ou payer une caution de 75 000 euros. On ne sait pas si la justice espagnole annulera son mandat du fait du peu de chef d’accusation retenus ou si Puigdemont fera appel.

Lire aussi >>> A l’indépendantisme catalan, les Basques préfèrent l’autonomie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *