Livres, films, musiques : le génocide arménien dans la culture

Sujet qui empoisonne les relations entre la communauté scientifique mondiale et une partie de leurs confrères turcs, le génocide arménien a lui aussi fait l’objet de nombreuses réalisations artistiques. Eurosorbonne vous propose de revenir sur quelques oeuvres afin de mieux cerner les enjeux autour de ce drame.

 

Documentaire
Génocide arménien, le spectre de 1915

Sorti il y a 3 ans à l’occasion du centenaire de cette tragédie, ce documentaire se concentre sur l’histoire de deux personnages emblématiques : un Turc, fils de bourreau et une Arménienne de Turquie, fille de victime. Le journaliste Hasan Cemal d’une part, petit-fils de Cemal Pacha qui fut l’un des trois planificateurs principaux du génocide. Aujourd’hui, il soutient la cause arménienne et tente de mettre au jour la vérité de l’Histoire alors que beaucoup de Turcs continuent encore aujourd’hui de nier les faits. L’avocate et militante des droits de l’homme Fethiye Cetin d’autre part : adulte, elle a découvert qu’elle était la petite-fille d’une rescapée du massacre qui a été adoptée par des Turcs. Elle se bat aujourd’hui pour que la Turquie fasse son devoir de mémoire. Au-delà de leur passé, tous les deux ont su s’allier un siècle après pour ce film qui fait se croiser la « grande » et la « petite » histoire et qui tente de reconstituer la mémoire du génocide arménien.

Musique
The Promise, Chris Cornell

Les États-Unis accueillent une des plus importantes diasporas arméniennes au monde. Il n’est pas étonnant, à ce titre, que de grands artistes internationaux s’emparent du sujet. En mars 2017, le chanteur Chris Cornell nous offrait ce qui allait être sa dernière chanson : The Promise, un titre orchestral puissant réalisé pour le générique du film éponyme. Sorti l’an dernier avec en vedette Oscar Isaac, Charlotte Le Bon et Christian Bale, cette production narre l’épopée d’un triangle amoureux soudainement jeté au cœur de la tourmente.
Loin de l’univers musical premier de Cornell, pionner du grunge dans les années 1980 avec son groupe Soundgarden, le titre n’en demeure pas poignant. La voix si reconnaissable de Chris Cornell apporte une grande tension tout au long de la chanson, portée par un orchestre classique composé de 24 musiciens.

Bande dessinée
Paolo Cossi, Medz Yeghern, le grand mal

Avec un trait franc et moderne, Paolo Cossi retrace le parcours de plusieurs personnages. Aram, jeune soldat arménien, échappe à un massacre et en fuyant, se lie d’amitié avec un jeune turc. Sona est déportée et se rapproche d’une vieille femme, la mère d’Aram, pendant qu’un photographe allemand apporte son témoignage à une horreur très longtemps cachée. En se concentrant sur les humains, l’humain, et leurs terribles souffrances, l’auteur ne tombe pas dans le piège du manichéisme et propose un récit bouleversant, cruel et douloureux.

Multiple

Toute l'équipe du journal d'Eurosorbonne se réunit pour vous proposer des articles de fond vraiment exhaustifs.

Multiple

Toute l'équipe du journal d'Eurosorbonne se réunit pour vous proposer des articles de fond vraiment exhaustifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *