Que s’est-il passé en Europe cette semaine ? (11.12.17 – 17.12.17)

L’Italie condamnée par la CEDH, Benyamin Netanyahou s’oppose à l’UE, la France leader dans la lutte contre le changement climatique, l’extrême-droite au gouvernement en Autriche et les premières conventions démocratiques en Roumanie : les actus de la semaine en Europe.

ITALIE : Le pays condamné pour son retard sur le mariage gay

Le pays a été condamné ce jeudi 14 décembre par la Cour européenne des droits de l’Homme pour son refus d’autoriser le mariage aux couples homosexuels. La CEDH estime cependant que ce choix ne peut pas être condamné, mais celui-ci les prive de protection juridique et viole leurs droits à avoir une famille. Grâce à cela, les plaignants, des couples homosexuels dont le mariage à l’étranger n’est pas reconnu par les autorités italiennes, ont au moins pu obtenir une compensation financière. Quinze États membres de l’Union européenne autorisent aujourd’hui le mariage homosexuels, onze autres reconnaissent une certaine forme d’union civile.

Lire aussi >>> Mariage gay : tour d’horizon européen

ISRAËL : Opposition de Netanyahou à l’UE sur la question de la Palestine et du statut de Jérusalem

Benyamin Netanyahou, Premier ministre israélien, était en visite à Bruxelles cette semaine. Sur le vieux continent, la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par Donald Trump est difficilement acceptée, alors que c’est une victoire symbolique pour Benyamin Netanyahou. Ainsi, ce dernier s’est ouvertement opposé à la pensée européenne sur ce sujet. Pour Maretje Schaake, eurodéputée néerlandaise, il faut « une solution à deux États, où Jérusalem serait à la fois la capitale israélienne et palestinienne ». Cette position semble être celle adoptée globalement par l’UE.

Lire aussi >>> L’UE en Israël/Palestine : un géant économique sans poids politique

CLIMAT : Un sommet climatique à l’avantage de la France

Le « One Planet Summit », sommet mondial sur le climat consacré à la question clé du financement, s’est tenu à Paris ce mardi 12 décembre. Ce rendez-vous a été proposé par la France après l’annonce cet été du retrait des États-Unis de l’accord de Paris. L’objectif est d’orienter la finance mondiale vers les investissement verts, et notamment soutenir les pays du Sud. Les villes américaines ont montré leur envie et leur capacité à prendre le relais de la Présidence américaine pour s’engager dans l’accord de Paris. Malgré tout, ce sommet marque surtout une victoire diplomatique pour la France qui se place en leader de la lutte contre le dérèglement climatique.

Lire aussi >>> Le monde de Trump et consort menace-t-il les politiques climatiques ?

AUTRICHE : L’extrême droite (FPÖ) obtient plusieurs ministères stratégiques

Le FPÖ a obtenu six des treize ministères dans le gouvernement du conservateur Sebastian Kurz, notamment ceux de l’Intérieur, de la Défense et des Affaires étrangères. C’est l’occasion pour le parti de jouer un rôle majeur au sein du prochain gouvernement ainsi que le déclare le politologue Laurenz Ennser-Jedenastik : « avec la Défense et les Affaires sociales, il pourra renforcer l’image d’un parti patriotique et social ». Cependant, le pacte de gouvernement conclu entre la droite et l’extrême droite exclut qu’un référendum sur une éventuelle sortie de l’UE puisse être organisé et Sebastian Kurz a aussi assuré une « tolérance zéro » envers l’antisémitisme, condition d’entrée de l’extrême droite dans son gouvernement.

ROUMANIE : Premier pays à organiser les conventions démocratiques ?

Pour sa préparation à la présidence européenne en janvier 2019, la Roumanie pourrait se révéler plus rapide que la France, dont le président Emmanuel Macron a lancé l’idée, à mettre en place des essais de conventions démocratiques. Un débat dans cet esprit devrait avoir lieu en janvier 2018 pour définir les priorités de leur présidence, s’intéressant à deux aspects en particulier : les citoyens et les valeurs afin de pallier à la rupture entre les décideurs politiques européens et nationaux et le grand public. Victor Negrescu, secrétaire d’État aux affaires européennes, a notamment insisté sur l’idée de rendre l’UE intelligible pour tous, non pas seulement pour une élite. En vue de la présidence internationale, des événements se tiendront donc dans plus de 40 villes en Roumanie.

Lire aussi >>> Conventions démocratiques : un nouvel espoir pour la refondation de l’Europe

Noémie Chardon

Noémie Chardon

Secrétaire générale de l'association et membre du pôle journal d'Eurosorbonne, je suis particulièrement intéressée par le domaine du droit européen.
Noémie Chardon

Noémie Chardon

Secrétaire générale de l'association et membre du pôle journal d'Eurosorbonne, je suis particulièrement intéressée par le domaine du droit européen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *