Affaire Skripal : la nouvelle guerre froide ?

Suite à la tentative de meurtre de Sergueï Skripal sur le sol britannique, les États-Unis, le Canada et de nombreux pays européens ont pris des sanctions contre la Russie, en expulsant de nombreux diplomates. Cette dernière a répondu par des mesures réciproques. Si elles sont symboliques, ces sanctions semblent peu pertinentes.

L’histoire semble tout droit sortie d’un roman d’espionnage de John Le Carré. Le 4 mars, à Salisbury, l’ancien agent double Sergueï Skripal, qui travaillait pour le renseignement britannique sous couverture russe dans les années 1990, se fait empoisonner avec sa fille Ioulia par un agent neurotoxique de type Novitchok.

Ce poison innervant développé en URSS entraîne à son contact une perte de contrôle du système nerveux et une asphyxie des personnes. Sergueï et Ioulia Skripal s’écroulent sur un banc. Un mois après l’attaque, la femme de 34 ans a repris conscience très récemment, mais son père est encore plongé dans le coma, dans un état critique.

Moscou pointé du doigt par Londres

Moscou est rapidement accusée par Londres de tentative de meurtre à l’encontre de l’ancien agent double. C’est la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale qu’une arme chimique est utilisée en Europe, et Theresa May s’insurge contre ce qu’elle considère être une attaque ennemie.

Le 14 mars, Londres annonce l’expulsion de 23 diplomates russes qui travaillent sur le sol britannique. La Russie prend des mesures similaires en renvoyant 23 employés des services diplomatiques britanniques et en fermant le bureau russe du British Council, une organisation visant à établir des liens culturels entre les pays et à promouvoir la culture britannique.

Une réponse internationale

Lors du Conseil européen des 22 et 23 mars, Theresa May appelle ses homologues européens à soutenir son pays contre une Russie accusée d’attenter à la sécurité des Européens. Emmanuel Macron et Angela Merkel prennent alors publiquement position en faveur du Royaume-Uni. Le mardi 26 mars, une action collective de sanctions à l’encontre de la Russie est lancée.

Les États-Unis expulsent 60 diplomates russes, et ferment le consulat russe à Seattle, en raison de sa proximité avec une base navale. Dans la foulée, 18 États membres de l’Union européenne annoncent prendre des sanctions contre Moscou et renvoient du personnel diplomatique russe. L’Union européenne rappelle son ambassadeur en Russie, l’Ukraine, le Canada, l’Australie se joignent au mouvement.

Au total, plus de 150 diplomates russes sont expulsés. Un tour de force pour Theresa May, qui pour la première fois depuis le référendum pour le Brexit, fait front commun avec ses alliés européens. «La réponse extraordinaire de nos alliés constitue le plus grand mouvement d’expulsion d’agents russes de l’histoire», a tweeté Boris Johnson le ministre des Affaires étrangères britannique et artisan du Brexit.

>>> Lire aussi : Les tensions russo-européennes : une Europe unie dans l’atlantisme ?

Refroidissement des relations Est-Ouest

La Russie a pour sa part qualifié cette action de «geste provocateur de prétendue solidarité avec Londres [qui] témoigne de la poursuite d’une ligne de confrontation visant à aggraver la situation». Dans les jours qui ont suivi, Moscou a annoncé l’expulsion de plus de 140 diplomates exerçant leur profession sur le sol russe, et a affirmé le 2 avril que l’empoisonnement de Skripal «pouvait être dans l’intérêt du gouvernement britannique, qui s’est trouvé dans une position inconfortable en étant dans l’incapacité de remplir ses promesses faites aux électeurs sur les conditions du Brexit».

Moscou aurait également fait appel à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) afin que cette dernière prenne position sur les allégation concernant l’attaque contre Sergueï Skripal et sa fille. Les relations déjà tendues entre l’Est et l’Ouest semblent se dégrader à toute vitesse, laissant craindre un nouveau conflit, plus complexe et mondialisé que la guerre froide.

Une mesure symbolique

Pourtant, les sanctions diplomatiques prises par les deux bords n’ont pas un impact significatif. Tout d’abord, elles ne concernent en général qu’un nombre très restreint d’individus : la majorité des petits États membres de l’Union européenne ont ainsi expulsé une personne symbolique, sur des contingents diplomatiques plus importants.

Ensuite, les personnes concernées sont pour la plupart des membres du personnel diplomatique, mais non des ambassadeurs ou des consuls. En France, où les sanction sont été parmi les plus sévères, avec quatre personnes expulsées, dont le consul de Strasbourg et l’un des consuls de Marseille, l’ambassadeur russe à Paris n’a pas été mis en cause. Ainsi, les États s’assurent de garder un contact avec Moscou, mais prennent des mesures symboliquement fortes.

Des sanctions inefficaces

De plus, les sanctions à l’égard de la Russie ne sont guère significatives. Après l’annexion de la Crimée, en 2014, l’Union européenne gèle des avoirs, bloque des visas et surtout impose des sanctions économiques  sévères à la Russie. Cette dernière répond par un embargo sur les produits agricoles européens. Les producteurs sont directement touchés, notamment en France. Vin, fruits et légumes, viande, et surtout produits laitiers, en pleine crise du lait, ne trouvent plus preneurs et les agriculteurs produisent à perte.

Pendant ce temps-là, Moscou se tourne vers de nouveaux partenaires, la Chine, l’Inde, le Brésil, pour construire un nouveau marché commercial agricole. Pour ne pas être pris en otage par les sanctions européennes, la Russie diversifie également son économie, une mesure nécessaire depuis la fin de l’URSS pour permettre au pays de prendre de l’ampleur sur la scène internationale, mais qui n’avait jamais été réellement mises en œuvre.

Loin d’handicaper Moscou, les sanctions économiques lui donnent un souffle nouveau, bien que son économie soit encore hésitante et dépendante des rentes. Les sanctions diplomatiques, quant à elles, consacrent le mythe selon lequel l’Occident serait contre la Russie. Alors que Vladimir Poutine vient d’être magistralement réélu, les mesures prises par l’Union européenne et ses alliés viennent confirmer une prétendue polarité entre la puissante Russie malmenée et l’atlantisme malveillant.

>>> Lire aussi : Retour sur conférence : l’Europe de la défense, avec Jean-Yves Haine

Elena Blum
Suivez-moi !

Elena Blum

Ancienne présidente d'Eurosorbonne, co-fondatrice du journal, journaliste professionnelle, j'aime le bourgogne blanc, les chats et l'idée d'une Europe sociale.
Elena Blum
Suivez-moi !

Elena Blum

Ancienne présidente d'Eurosorbonne, co-fondatrice du journal, journaliste professionnelle, j'aime le bourgogne blanc, les chats et l'idée d'une Europe sociale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *